Un cheval éventré à Grézolles : « J’ai pensé à un cauchemar »

Une enquête a été ouverte après la découverte d’un cheval éventré à quelques mètres du domicile de sa propriétaire. Mais, la plaie de 15 cm retrouvée sur l’abdomen de l’équidé laisse peu de doute sur le fait que la mort est la conséquence d’une intervention humaine.

«Quand j’ai vu Angel couché, les jambes raides, j’ai pensé à un cauchemar. Je ne pensais pas que quelqu’un serait capable de s’en prendre à un de mes chevaux alors qu’ils sont à quelques mètres de la maison » peste la propriétaire, très marquée par la mort de son cheval. Angel, un hongre de 10 ans, est mort pratiquement sous ses fenêtres. Il a été éventré.

« Depuis que ce genre d’agressions se multiplient, je fais très attention. C’est pourquoi j’ai ramené mes chevaux dans les prés qui sont autour de la maison » poursuit la propriétaire qui ne veut pas communiquer son nom, ni que son adresse apparaisse « par peur qu’il revienne ». La psychose a gagné les propriétaires de chevaux depuis que les agressions et les mutilations des équidés se multiplient un peu partout en France.

Cette fois, le ou les auteurs n’ont pas manqué de culot. Car il faut se rendre au bout d’un chemin, passer devant plusieurs habitations pour arriver devant la demeure de la propriétaire. Et il faut encore pénétrer dans la propriété pour apercevoir les chevaux, qui gambadent librement dans un pré situé à un jet de pierre de l’A89. « Mes chiens dormaient à l’intérieur de la maison. Ils n’ont rien entendu, comme nous d’ailleurs ». Les voisins non plus semble-t-il.

Une plaie de 15 cm au niveau de l’abdomen

Ce sont les gendarmes de la communauté de brigades de Saint-Germain-Laval/Saint-Just-en-Chevalet qui ont procédé aux premières constatations d’usage. Avant d’être relayés par leurs collègues de la brigade de recherche de Roanne et des techniciens en investigation criminelle venus de Saint-Étienne. Comme lorsque le décès d’un humain intervient, les lieux ont été « gelés ».

Du sang aurait été retrouvé sur le portail donnant accès au pré. Dans l’après-midi, une entreprise spécialisée dans le transport des animaux a pris en charge l’animal qui sera autopsié prochainement. Mais, la plaie profonde de 15 cm qui part de la patte arrière gauche et remonte vers l’abdomen ne laisse guère de doute sur une intervention humaine, même si aucune arme n’a été trouvée à proximité. L’enquête qui est cours devrait confirmer les premières constatations des techniciens d’enquête criminelle.

Quant à la propriétaire d’Angel, elle a prévu de dormir près de ses chevaux. « Je vais installer une tente et prendre un duvet. Je ne veux plus qu’on fasse de mal à mes bêtes ».